Les métaux précieux

Articles traitant des métaux précieux
  • Accueil
  • /
  • Pourquoi investir
  • /
  • Guide d'investissement

Pourquoi la question de la durabilité devient de plus en plus importante et comment les entreprises en tiennent compte

Afin de rendre compte non seulement de la réussite économique, mais aussi des préoccupations sociétales et environnementales, les entreprises publient aujourd'hui fréquemment des rapports de durabilité. La responsabilité des entreprises est renforcée, aux yeux des autres, mais aussi dans la perception qu'en a l'entreprise elle-même.

La durabilité, la protection de l'environnement, la responsabilité, le comportement éthique et l'inclusion sont des sujets qui occupent de plus en plus la société. Ils façonnent actuellement le discours public et, avec lui, le renforcement des mouvements citoyens mondiaux tels que Fridays-For-Future, Black-Lives-Matter ou Me-Too. En Suisse, diverses initiatives populaires seront soumises au vote cet automne, mettant en avant les préoccupations sociales et environnementales. Par exemple, le congé de paternité de deux semaines et éventuellement l’initiative pour des multinationales responsables.

L'économie ressent les effets de ce changement social, et il n'y a guère de grande entreprise qui ne soit plus ou moins engagée dans la RSE. RSE signifie responsabilité sociale des entreprises et, selon la Confédération, il s'agit de la responsabilité que les entreprises ont pour les effets de leurs activités sur la société et l'environnement, " une contribution des entreprises au développement durable". (1) L' organisation patronale suisse, l’EconomieSuisse, assimile la RSE à une gestion responsable des entreprises, c'est-à-dire à la responsabilité des entreprises. (2)

Cependant, les idées sur la manière dont la responsabilité des entreprises devrait être structurée et sur les principes et les initiatives pratiques que le gouvernement d'entreprise responsable implique diffèrent souvent selon les points de vue. Il existe notamment des écarts entre les points de vue du secteur privé et des ONG. Un des cadres de référence sur lequel il existe un large consensus quant à la pertinence sont les SDG (Sustainable Development Goals), les 17 objectifs de l'ONU pour le développement durable. (3) Les acteurs gouvernementaux, du secteur privé et des ONG se réfèrent à ces objectifs concrets dans leurs efforts de durabilité, parmi lesquels : Pas de pauvreté, moins d'inégalités ou de travail décent et croissance économique. (4)

Du point de vue de l'entreprise, il est important de déterminer les effets de ses propres activités sur les parties prenantes et d'éliminer les effets négatifs en particulier. Le terme "partie prenante" fait référence à toutes les personnes et groupes d'intérêt avec lesquels l'entreprise entre en contact tout au long de sa chaîne de valeur et d'approvisionnement. Dans le cas d'une société minière, au niveau de l’approvisionnement, il s'agit par exemple des fournisseurs, de la population locale ou de l'association locale de protection de la nature, qui s'engage à respecter la compatibilité environnementale du site minier. En plus d'éliminer les externalités négatives de leurs activités commerciales, les entreprises se concentrent de plus en plus sur la création d'une "valeur partagée". Le concept introduit par les économistes Porter et Kramer propage l'idée que les activités commerciales d'une entreprise doivent générer à la fois des profits et des bénéfices sociétales. (5)

Tout cela semble bien beau en théorie, mais en pratique, la question stratégique de la faisabilité pour les entreprises, d'une part, et la mesurabilité de la RSE, d'autre part, se pose. De nombreuses entreprises mesurent et rendent compte de leurs efforts sur la base de rapports dits de durabilité, dans lesquels l'entreprise fournit des informations sur ses efforts. Contrairement aux rapports financiers, les rapports de durabilité sont volontaires, et les entreprises sont libres de choisir la forme sous laquelle elles présentent leurs rapports. Néanmoins, il existe certaines lignes directrices sur lesquelles les rapports peuvent être basés et qui servent à améliorer la compréhension, la normalisation et la comparabilité entre les entreprises.

L'une de ces initiatives est la GRI Standards (Global Reporting Initiative), qui, selon l'organisation elle-même, est le premier ensemble de règles de ce type et le plus utilisé actuellement. (6) Il offre aux entreprises un cadre de base de lignes directrices et d'indicateurs selon lequel elles peuvent concevoir leurs rapports de durabilité et qui doit leur permettre de communiquer efficacement leurs efforts au public. La GRI est divisée en 3 normes universelles et 33 normes spécifiques à un sujet. Les normes universelles portent sur les principes de base, le contexte de l'entreprise et l'approche du reporting, c'est-à-dire les critères selon lesquels il est réalisé et la manière dont les thèmes centraux ont été sélectionnés. Tout rapport conforme aux normes de la GRI doit traiter des trois normes universelles. Les normes thématiques sont divisées en trois modules : économique, environnemental et sociétal, et l'entreprise concernée peut sélectionner les domaines les plus pertinents et les plus valables pour sa situation et les normes universelles. (7)

Un secteur qui est régulièrement critiqué en termes de durabilité est le commerce des matières premières. L'extraction, le traitement et le raffinage des matières premières touchent des domaines sensibles de la responsabilité de l’entreprise. Une entreprise de l'industrie des matières premières qui s'est engagée dans la RSE et qui publie un rapport de durabilité concluant selon les normes de la GRI est le transformateur de métaux précieux suisse Argor-Heraeus. Dans son rapport, l'entreprise fournit des informations sur la manière dont elle souhaite répondre à ses parties prenantes, sur la manière dont elle veut rendre la chaîne d'approvisionnement responsable et transparente, sur la manière dont elle contribue au développement local, protège l'environnement et soutient ses employés. Pour chacun de ces engagements, la société énonce ses intérêts et objectifs fondamentaux et les activités réelles qu'elle entreprend pour les atteindre. Elle utilise également des données concrètes pour rendre transparents les objectifs déjà atteints et les nouveaux objectifs fixés. (8)

Le rapport de durabilité de l'entreprise montre que l'industrie des matières premières est également tout à fait capable d'identifier et de remplir sa responsabilité envers l'environnement et la société et de communiquer les conclusions pertinentes au public intéressé de manière compréhensible. Il faut s'attendre à ce que les efforts dans ce sens s'intensifient dans les années à venir, non seulement en raison de la pression exercée par les parties prenantes externes, mais aussi au sein des entreprises elles-mêmes. Les signes sont donc verts, pour l'environnement, la société et les générations futures.

(1) https://www.seco.admin.ch/seco/de/home/Aussenwirtschaftspolitik_Wirtschaftliche_Zusammenarbeit/Wirtschaftsbeziehungen/Gesellschaftliche_Verantwortung_der_Unternehmen.html
(2) https://www.economiesuisse.ch/de/schwerpunkte/corporate-social-responsibility
(3) https://www.eda.admin.ch/agenda2030/de/home/agenda-2030/die-17-ziele-fuer-eine-nachhaltige-entwicklung.html
(4) https://sustainabledevelopment.un.org/?menu=1300
(5) https://www.sharedvalue.org/about/what-is-shared-value/
(6) https://www.globalreporting.org/Information/about-gri/Pages/default.aspx
(7) https://www.globalreporting.org/standards/media/2458/gri_standards_brochure.pdf
(8) https://www.argor.com/de/verantwortung/nachhaltigkeitsbericht
Image: https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=80747791

Auteur : S.M.



Commentaires

Aucun commentaire actuellement

Ecrire un commentaire

Trier les articles par:

Textes Vidéos Radios

Alerte de publication: