Les métaux précieux

Articles traitant des métaux précieux
  • ...
  • /
  • Pourquoi investir
  • /
  • Guide d'investissement

Soupçons de manipulations du marché de l’or

 Accusées de manipuler les cours du métal précieux lors du fixing de Londres, cinq banques - Barclays, Deutsche Bank, Bank of Nova Scotia, HSBC et la Société générale - ont été assignées devant une cour fédérale new-yorkaise.
Après le scandale du trucage du taux d’intérêt interbancaire Libor, après celui du marché des devises à Londres, plusieurs autorités financières s’intéressent maintenant à celui de l’or, où elles suspectent de possibles manipulations. Cinq banques - Barclays, Deutsche Bank, Bank of Nova Scotia, HSBC et la Société générale - ont été assignées devant une cour fédérale new-yorkaise par un trader impliqué sur le marché de l’or. Il les accuse de manipuler les cours du métal précieux lors du fixing de Londres. La plainte se base sur le rapport d’un professeur de la Stern School of Business de la New York University, qui relève des signes de collusion entre les cinq plus gros intervenants sur le marché de l’or, durant leur conférence téléphonique quotidienne à 15 heures à Londres, où se détermine le cours du lingot utilisé par les gestionnaires de mines, les bijoutiers et les banques centrales. Le document relève «l’utilisation de données empiriques conduisant à des prix artificiels». Le marché de l’or représente 20.000 milliards de dollars.

Un système en vigueur depuis 1919

Le London Gold Market Fixing, société détenue par les cinq banques référentes qui administrent le cours du métal précieux, est actuellement présidé par la Société générale. «Les accusations sont infondées et la Société générale se défendra contre cette procédure», a réagi la banque française dans un communiqué. Des employés de Deutsche Bank ont été interrogés par l’organisme de régulation financière allemande. L’établissement a annoncé qu’il allait se retirer du mécanisme.

Le patron de Scotiabank a reconnu que ce système assez artisanal, en vigueur depuis 1919, était «désuet depuis longtemps». La Financial Conduct Authority britannique se penche aussi sur le dossier. De son côté, la banque suisse UBS, impliquée dans les scandales de manipulation des taux, a annoncé dans son rapport annuel publié vendredi avoir lancé une enquête interne sur ses activités dans les marchés des métaux précieux. Or, jusque-là, la banque n’avait pas été impliquée dans cette nouvelle affaire.

Auteur : Florentin Collomp
Source : http://bourse.lefigaro.fr



Commentaires

Aucun commentaire actuellement

Ecrire un commentaire

Trier les articles par:

Textes


Vidéos


Radios

Alerte de publication: